Site icon Floral Oddities

Notre potager urbain – 2021

Publicités

Les semis

Nous avons fait le choix de partir directement de la graine, plutôt que de nous rendre directement en jardinerie pour acheter des plants déjà bien enracinés. Il était important que nos enfants se rendent compte du processus, lent et fragile qu’est la germination des plants au potager. Nous voulions les impliquer dans cette démarche.
Pour cela, rien de plus simple. Prenez des boîtes d’œufs vides et ajoutez-y de la terre à semis. N’oubliez pas d’arroser et le tour est joué. Les premières pousses apparaîtront d’ici une semaine.

Ainsi chacun était responsable d’un carré de semis. Nous avons pu planter des courgettes rondes de Nice, des tomates rondes et tomates cerises ainsi que des oignons (qui n’ont jamais pris).
Quelques semaines après les semis, nous avons fait du “repiquage”. C’est à dire que nous avons sélectionné les plants en bonnes santés et ceux qui nous paraissait les plus résistants et nous les avons mis dans des godets individuels.

Attendre les saints glaces pour sortir les plantations

Un mois est passé entre les semis et les photos ci-dessous. Tous les plants étaient stocké dans notre chambre à coucher en attendant de pouvoir les sortir en extérieur. C’était la seule pièce ensoleillée du matin au soir et dans laquelle la température était le plus douce. Nous en avons profité pour semer des graines de radis dans tous les pots (au pied de chaque plant). Nous habitons en auvergne et beaucoup attendent les saints glaces avant de sortir ou de planter les plantations. En référence à des croyances populaires, les Sts de glace marquent la fin de la période de grand froid au jardin. Planter après ces trois jours (11, 12 et 13 mai) serait la clé pour un bon potager d’été. Les nuits sont relativement plus douces et les journées moins pluvieuses.
Des plants qui ont pris froids auront énormément de mal à remonter la pente.


Au potager ou en permaculture, les fleurs et les plantes aromatiques sont un allié précieux aux auxiliaires. En effet, sans pollinisateurs, il ne peut y avoir de récolte puisque ce sont les insectes qui polliniseront vos plantes potagères. ‘L’Hespéris’ est peu commune au potager, mais attire les abeilles et les papillons. Certains l’associent aux ‘cosmos’, aux ‘soucis officinals’ ou à des ‘bourraches’ au beau milieu des légumes (comme la betterave). Profitez-en pour planter des œillets d’inde, du thym, du romarin, de la lavande..

Les premières récoltes

Nous avions fait le choix de réaliser un potager urbain. C’est à dire que toutes nos cultures étaient en pot. En effet, avec un jeune chiot à la maison nous ne voulions prendre le risque de le voir tout détruire. Et comme l’été n’a pas été très chaud et que la pluie a été au rendez-vous la quasi totalité du mois de juillet et d’août, j’ai pu gérer les arrosages comme je le souhaitais.

Les enfants étaient ravis de leur potager. Les tomates n’ont clairement pas fait long feu puisqu’elles étaient dévoré à chaque passage. Je n’ai d’ailleurs pas vu la couleur d’une seule fraise.

Ce que je retiens pour l’année prochaine

-Ne pas hésiter à voir “en grand” au potager.
-Tuteuriser dès le départ. Ce qui évitera de casser l’enracinement.
-Tester les concombres et les salades.
-Planter en pleine terre directement.
-Avoir son propre composte.

Et vous ? Avez-vous un potager ?

Quitter la version mobile